Sommaire

Utiliser un défibrillateur

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Il est important de savoir utiliser un défibrillateur dans la mesure où celui-ci peut sauver des vies. En effet, les défibrillateurs automatisés externes (DAE) qui existent permettent de délivrer, lorsque cela est nécessaire, un choc électrique à une personne en arrêt cardiaque et présentant une fibrillation ventriculaire.

Zoom sur les défibrillateurs entièrement automatiques

Pratiques et très utiles

Le grand avantage des défibrillateurs entièrement automatiques (DEA) est leur facilité d’utilisation.

En effet, ils sont en mesure de réaliser eux-mêmes un diagnostic de fibrillation ventriculaire et ils guident les personnes présentes pour qu’elles procèdent au choc électrique le cas échéant.

Grâce à cette technique, lorsqu’elle est rapidement mise en place, des vies peuvent être sauvées.

Principe de fonctionnement

Le DEA est constitué d’un boîtier auquel deux électrodes adhésives sont rattachées.

Ce sont les électrodes qui vont :

  • d'une part, procéder au « diagnostic » ;
  • d'autre part, envoyer un courant électrique si cela s’avère nécessaire.

Les défibrillateurs semi-automatiques

Des défibrillateurs semi-automatiques (DSA) existent également. Ils fonctionnent de la même façon que les DEA à la différence près que c’est à la personne qui intervient d’appuyer sur le bouton qui va délivrer la décharge électrique.

Où trouver un DAE ?

Les DAE sont installés dans les endroits très fréquentés (complexes sportifs, administrations, axes routiers, établissements scolaires...).

La loi n° 2018-527 du 28 juin 2018 impose aux ERP (établissements recevant du public) de s'équiper d'un défibrillateur cardiaque automatisé externe visible et facile d'accès (article L. 123-5 du Code de la construction et de l'habitation).

Le décret n° 2018-1186 du 19 décembre 2018 précise les types d'ERP concernés par cette obligation et le calendrier de mise en application :

  • au plus tard le 1er janvier 2020 pour les ERP de catégories 1 à 3 ;
  • le 1er janvier 2021 pour les ERP de catégorie 4 ;
  • le 1er janvier 2022 pour certains ERP de catégorie 5 (gares, structures d'accueil pour personnes âgées et pour personnes handicapées, établissements de soins, refuges et hôtels-restaurants de montagne, établissements sportifs).
Lire l'article Ooreka

Les bons gestes en cas d’arrêt cardiaque

Avant même d’utiliser un défibrillateur, face à un arrêt cardiaque, plusieurs opérations doivent se mettre en place :

  • Identifier l’arrêt cardiaque.
  • Prévenir les secours ou envoyer quelqu’un le faire (en composant le 18 pour contacter les pompiers, le 15 pour le SAMU, le 112 dans toute l’Union européenne) ou le 114, numéro d’appel d’urgence pour les sourds et malentendants (accessible par SMS, fax, l’application « Urgence 114 » ou le site internet www.urgence114.fr).
  • Mettre en place une réanimation cardiopulmonaire « classique » tant que le défibrillateur n’est pas posé.
Consulter la fiche pratique Ooreka

1. Préparez le défibrillateur et la victime

Les défibrillateurs sont désormais disposés un peu partout dans les villes de façon à ce qu’on puisse intervenir le plus rapidement possible en cas d’arrêt cardiaque.

Dans l’idéal, le DEA sera disponible dans les 5 min suivant un arrêt cardiaque.

Lorsqu’on a un défibrillateur entre les mains face à ce qu’on suppose être un arrêt cardiaque, il faut ouvrir le boîtier et appuyer sur « ON ».

Si nécessaire :

  • Séchez le thorax de la victime.
  • Transportez-la sur une surface sèche.
  • Dans la mesure du possible (et s’il y a lieu) rasez les poils dans la zone de pose des électrodes.

2. Suivez les instructions vocales du défibrillateur

Une fois en route, le défibrillateur délivre des instructions vocales qu’il faut appliquer.

Il ne faut pas toucher la victime pendant que le DEA analyse le rythme cardiaque et suivre scrupuleusement les instructions fournies par le défibrillateur, à savoir :

  • Dénuder le tronc de la victime (le DEA indique : « Retirez tous les vêtements de la poitrine du patient »).
  • « Tirer sur la poignée rouge pour ouvrir le sachet ».
  • Disposer les électrodes aux deux extrémités du muscle cardiaque :
    • sous la clavicule droite ;
    • 5 à 10 cm sous l’aisselle gauche : pointe du cœur.

3. Utilisez le défibrillateur

Si le DEA détecte un arrêt cardiaque et qu’il juge donc la défibrillation nécessaire, il indique la marche à suivre en ces termes :

  • « Préparation du choc en cours ».
  • « Reculez-vous ».
  • « Ne touchez pas le patient ».
  • « Choc en cours », une sonnerie retentit alors.
  • « Choc délivré ».
  • « Pratiquez le massage cardiaque et la respiration artificielle ».

Là encore, veillez à ce que personne ne touche la victime.

Si le cœur ne repart pas

Les électrodes restant en place, le DEA poursuit son analyse du rythme cardiaque. Il peut alors juger qu’un nouveau choc est nécessaire et le processus reprend.

Si le cœur repart

Effectuez un bouche-à-bouche jusqu’à la reprise de la respiration.

Consulter la fiche pratique Ooreka

4. Attendez les secours

Poursuivez la réanimation et suivez les instructions de l’appareil jusqu’à ce qu’une équipe de professionnels soit sur place et prenne le relais (dans les 20 min qui suivent maximum, mais en 7 à 8 min le plus souvent).

Si la victime, bien qu’inconsciente, respire à nouveau normalement, laissez les électrodes à leur place et positionnez la personne en position latérale de sécurité (PLS).

Consulter la fiche pratique Ooreka

Matériel

Imprimer
Défibrillateur automatique (DEA) ou semi automatique (DSA)

Défibrillateur automatique (DEA) ou semi automatique (DSA)

Environ 1 500 €, mais disponible gratuitement dans la rue.