Infarctus du myocarde

Écrit par les experts Ooreka

L'infarctus du myocarde, ou IDM, plus couramment appelé « crise cardiaque », est une urgence cardiologique qui peut engager le pronostic vital. Il est responsable de la mort de 120 000 personnes chaque année en France. Cependant, le taux de mortalité liée à l'infarctus tend à diminuer grâce à la rapidité de prise en charge par les secours, mais aussi grâce à une sensibilisation du grand public aux gestes de premiers secours.

Important : face à un infarctus du myocarde, prévenez immédiatement le 15 (SAMU) ou le 18 (pompiers).

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Définition et mécanisme de l'infarctus du myocarde

L'infarctus du myocarde est une urgence cardiologique absolue. Il entraîne la mort de cellules d'une partie du muscle cardiaque.

L'infarctus se produit lorsqu'une ou plusieurs artères coronaires (artères du cœur) se bouchent. Les cellules du myocarde, irriguées par les artères coronaires, ne sont alors plus oxygénées.

Lorsque les plaquettes du sang sont mal oxygénées, elles s'agrègent et forment un thrombus ou caillot sanguin. Ce processus libère des substances « thrombogènes », qui déclenchent une deuxième réaction : le spasme coronaire, c'est-à-dire la réduction brutale du diamètre artériel. Ces deux mécanismes s'associent et s'entretiennent mutuellement. Chacun renforce l'activité de l'autre : il s'agit de la forme la plus courante de l'occlusion coronaire.

Bon à savoir : au-delà d'un temps évalué à 4 heures, les cellules musculaires du cœur meurent. Le facteur temps est donc l'élément prioritaire dans la prise en charge et le pronostic vital de l'infarctus du myocarde.

Chiffres de l'infarctus du myocarde en France

Chaque année, en France, 120 000 personnes meurent d'infarctus du myocarde, ce qui représente 10 à 12  % des causes de mortalité chez l'adulte.

Environ 60 000 personnes touchées par un infarctus du myocarde (IDM) sont hospitalisées en France.

On compte 30 000 infarctus diagnostiqués par la mort subite du patient, atteint sans le savoir.

Près de 50 % des femmes de moins de 60 ans victimes d'un IDM n'ont pas ressenti les symptômes classiques (douleurs dans la poitrine irradiant dans le bras gauche et la mâchoire).

La mortalité hospitalière est de 7 % avant 70 ans et elle est plus élevée au-delà.

Environ 10 % des patients ayant eu un infarctus décèdent dans les 3 ans qui suivent.

Remarque : l'infarctus du myocarde est responsable de 50 millions décès dans le monde chaque année. Cependant, la mortalité liée à l'infarctus a baissé de 30 % en 10 ans en Europe de l'ouest ainsi qu'aux USA.

Infarctus du myocarde chez la femme

Le nombre d'hospitalisations pour infarctus du myocarde a progressé chez les femmes de 45-54 ans : de 3 % entre 2002 et 2008, il est passé à 4,8 % entre 2009 et 2013. De fait, le nombre de crises cardiaques chez la femme de moins de 50 ans a triplé au cours des 20 dernières années, au point de devenir la première des causes de décès cardiovasculaires chez la femme.

En effet, les femmes ayant de plus petites artères que les hommes, elles sont plus difficiles à revasculariser, plus fines, plus fragiles et plus sensibles aux effets toxiques du tabac, mais aussi du cholestérol, du diabète et du stress. Or, les femmes de moins de 60 ans ont adopté les mêmes comportements à risque que les hommes. Ainsi, 60 % des infarctus du myocarde chez la femme de moins de 60 ans sont dus au tabac.

Remarque : pourtant, les femmes ne sont pas suffisamment conscientes qu'un accident coronaire peut les toucher et elles ont tendance à sous-estimer d'éventuelles douleurs. De plus, la plupart d'entre elles continuent à  se considérer comme protégées des maladies cardio-vasculaires jusqu'à la ménopause, grâce aux hormones.

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Identification des symptômes de l'infarctus du myocarde

Les symptômes de l'infarctus sont assez simples à détecter. Cependant, il existe des formes trompeuses d'infarctus, dont les symptômes diffèrent de ceux de la forme dite « aiguë ».

Symptômes de la forme aiguë de l'infarctus

Le premier symptôme de l'infarctus du myocarde et le plus facile à distinguer, est la forte douleur ressentie dans la cage thoracique. Cette douleur concerne la région rétro-sternale (derrière le sternum). Elle est violente et inhabituellement intense.

Cette douleur est comparable à la sensation liée à un étau broyant la cage thoracique. Elle irradie dans le dos, la mâchoire, les épaules, le bras, la main gauche, l'estomac. Angoissante, cette douleur entraîne des difficultés à respirer.

Il s'agit de la forme typique de l'infarctus du myocarde. Néanmoins des formes asymptomatiques (sans les symptômes habituels) existent.

Formes trompeuses de l'infarctus du myocarde

Il existe des formes dites « trompeuses » d'infarctus du myocarde, dont les symptômes ne sont pas ceux observés habituellement.

On distingue : des formes particulières, digestives, avec douleurs épigastriques (région de l'estomac), sueur, malaise, douleur vagale, chaleur, éructations, des formes limitées à un malaise oppressant (essoufflement aigu inexpliqué), des chocs cardiogéniques au cours desquels le pouls et la tension sont imprenables, des troubles du rythme cardiaque (palpitations, malaise) et des formes psychiatriques : désorientation brutale, fièvre.

Chez la femme, les principaux symptômes sont également atypiques : sensation d'épuisement, essoufflement à l'effort et nausées.

Dans toutes ces manifestations asymptomatiques ou trompeuses, chez les femmes et chez les personnes qui présentent au moins un facteur de risque cardiovasculaire (tabac, stress, sédentarité, hypertension artérielle, cholestérol, diabète, etc.), il est nécessaire de pratiquer un électrocardiogramme (ECG) pour confirmer ou rejeter le diagnostic d'infarctus du myocarde.

Attention : il existe également des infarctus silencieux, qui n'entraînent aucun des symptômes classiques et qui sont beaucoup plus fréquents que ce qu'on croyait jusqu'alors, puisqu'ils représentent environ 45 % des infarctus diagnostiqués.

Réaction face à un infarctus du myocarde

Prise en charge rapide

Quelle que soit la forme de l'infarctus, il faut prévenir les secours (15 pour le SAMU et 18 pour les pompiers), car la prise en charge médicale doit être la plus rapide possible.

Si la personne fait un malaise, il fautla mettre dans la position où elle se sent le mieux (en général, position allongée) ou PLS (position latérale de sécurité), la questionner sur ce qu'elle ressent (antécédents, moment de la survenue du malaise) et prévenir le 15 (urgences) ou le 18 (les pompiers) en transmettant le maximum d'informations recueillies.

Si la personne fait un arrêt cardiaque, il fautla protéger des risques environnants si nécessaire (passants, circulations, etc.), prévenir immédiatement les secours, pratiquer le massage cardiaque en attendant les secours, utiliser un défibrillateur automatique si un appareil est proche de vous.

Recherche d'ischémie par électrocardiogramme

L'interprétation d'un électrocardiogramme (ECG) s'attache à rechercher, parmi 12 dérivations, les signes concordants d'ischémie myocardique (dette d'oxygénation et nécrose du muscle cardiaque).

Ces 12 dérivations sont autant d'« angles de vue » qui explorent différentes zones du cœur : la paroi antérieure, le septum inter-ventriculaire, la paroi latérale, la paroi inférieure, le ventricule droit.

S'il y a ischémie, il doit exister une ou plusieurs zones du muscle cardiaque qui souffrent. L'électrocardiogramme permet de montrer quelles sont les zones qui souffrent en contraste avec les zones restées saines.

L'électrocardiogramme consiste donc en une approche topographique. Il recherche le lieu où s'est produit l'infarctus. Il détecte ainsi le centre de l'ischémie (où elle est la plus profonde), les zones adjacentes ou d'extension et les modifications induites par la nécrose concernent le complexe QRS (correspondant à la contraction des ventricules et de la repolarisation qui correspond à la relaxation des ventricules).

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Facteurs de risques et prévention de l'infarctus du myocarde

Facteurs de risque

Les facteurs de risques essentiels qui peuvent mener à l'infarctus du myocarde ou IDM sont le sexe masculin, l'hérédité, le tabac (risque multiplié par 3 chez les fumeurs chroniques et multiplié par 1,6 chez les fumeurs de 1 à 9 cigarettes par jour, indépendamment du type de tabac), l'excès de cholestérol, le diabète, l'hypertension artérielle.

À noter : 58 % des IDM chez les hommes de moins de 55 ans sont dus au tabac.

On associe d'autres facteurs environnementaux : l'exposition à l'air pollué, notamment à la pollution routière, le stress au travail (23 % du risque d'infarctus en cas d'exposition à un stress au travail, par rapport aux personnes non exposées à ce type de stress), la sédentarité (insuffisance d'activité physique régulière), l'insomnie.

Prévention de l'infarctus

Pour limiter au maximum les risques d'infarctus du myocarde il faut pratiquer une activité sportive régulière et privilégier une alimentation saine et équilibrée.

Les fruits, les légumes, les graisses de type Oméga 3 et Oméga 6 renforcent les parois cellulaires cardiaques. Les fruits, légumes, Oméga 3 et 6 et, d'une manière générale, les antioxydants, préviennent l'oxydation du cholestérol et empêchent l'apparition de maladies cardiovasculaires.

Bon à savoir : les personnes qui ont une alimentation riche et variée présentent 30 % de risques en moins de subir une crise cardiaque ou un infarctus du myocarde que celles qui en consomment peu (étude de 2008).

Entrez en contact direct avec des professionnels afin d’obtenir un devis personnalisé.

Demander un devis gratuit

Pour aller plus loin


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
HC
henri cukier

amincissement, stress, soins acupuncture conseil permanent par internet.

Expert

d. rime nutritionniste

nutritionniste | clinique des champs elysées

Nouvel expert

JP
julia perez

rédactrice web spécialisée | orliance-studio

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts

Prenez rendez-vous

Décrivez votre demande en quelques clics.

Des spécialistes de votre région vous contactent sous 48h.

Gratuit et sans engagement !

Prendre rendez-vous

Merci de préciser votre attente pour ce rendez-vous.

Merci de préciser votre attente pour ce rendez-vous.

Merci de préciser qui est concerné par le rendez-vous.

Merci de préciser quel est le délai de votre projet.

Merci de préciser votre code postal.



Autres sujets sur Ooreka


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !