Sommaire

La maladie de Bouveret définit une tachycardie paroxystique supraventriculaire. Elle provoque une augmentation brutale du rythme cardiaque qui peut être très impressionnante. Elle est due à une anomalie de conduction de l'influx nerveux au niveau du cœur, généralement liée à l'existence d'une voie accessoire appelée voie lente. 

Qu'est-ce que la maladie de Bouveret ?

La maladie de Bouveret est une maladie assez fréquente et bénigne. Liée à une anomalie de la conduction de l'influx nerveux au niveau du cœur, elle est en fait une réactivation de l'influx nerveux qui provoque une tachycardie, dite jonctionnelle. Cet emballement du rythme cardiaque peut être très important et provoquer de fortes angoisses. La maladie de Bouveret apparaît généralement sur des individus ne présentant pas de problèmes cardiovasculaires particuliers.

Maladie de Bouveret : quels symptômes ?

La maladie de Bouveret provoque une tachycardie très importante. Pendant une crise, la fréquence cardiaque peut monter au-delà de 180 battements par minute. Ces palpitations peuvent engendrer des crises de panique. Cet accès de tachycardie durer de quelques minutes à quelques heures. La fin de la crise est associée à une émission abondante d'urines.

Consulter la fiche pratique Ooreka

Comment se déclare la maladie de Bouveret ?

Maladie de Bouveret : les causes

Rappelons que le cœur est un muscle qui se contracte régulièrement sous l'influence d'un influx nerveux. Cet influx prend naissance au niveau de l'oreillette droite (appelée nœud sinusal car c'est lui qui donne le rythme), puis se propage à la cloison inter-ventriculaire (par l'intermédiaire du nœud auriculo-ventriculaire) et enfin aux ventricules par l'intermédiaire de deux faisceaux (le faisceau de His et de Purkinje).

L'origine de la maladie de Bouveret est un défaut au niveau de la conduction cardiaque. Il s'agit d'une ré-entrée de l'activation de l'influx nerveux du cœur au travers d'une voie appelée voie de conduction lente : c'est un peu comme si le cœur était stimulé deux fois !

Lire l'article Ooreka

Maladie de Bouveret : le diagnostic

Les symptômes de la maladie de Bouveret peuvent être confondus avec ceux d'autres affections, comme par exemple le syndrome de Wolff parkinson white ou une tachycardie liée à un état émotionnel. L'élément majeur du diagnostic est un électrocardiogramme qui doit être pratiqué pendant la crise de tachycardie.

Lire l'article Ooreka

Comment traite-t-on la maladie de Bouveret ?

La maladie de Bouveret, bien que bénigne, peut être une réelle source d'angoisse pour les personnes atteintes. Plusieurs solutions existent alors.

Stimulation du nerf vague pour diminuer les symptômes de Bouveret

Pour les personnes qui ne souhaitent pas de traitements médicamenteux et qui supportent bien les crises, quelques réflexes simples basés sur la stimulation du nerf vague peuvent être efficaces pour réduire le rythme cardiaque :

  • masser les globes oculaires ;
  • stimuler la carotide ;
  • provoquer le réflexe nauséeux ;
  • boire un grand verre d'eau très froide ou se passer de l'eau froide sur le visage.

Maladie de Bouveret : traitements médicamenteux

Pendant la crise, des médicaments permettant de faire diminuer rapidement le rythme cardiaque peuvent également être administrés. Cependant, la chute brutale du rythme peut être très anxiogène et doit être pratiquée sous contrôle médical. Le traitement de fond de la maladie de Bouveret consiste en une prise de médicaments dits bêtabloquants.

Lire l'article Ooreka

Maladie de Bouveret : traitement chirurgical

Il existe enfin un traitement curatif qui consiste à retirer chirurgicalement la voie lente, responsable de l'anomalie de conduction. Cette ablation est réalisée par radiofréquence en introduisant via l'artère fémorale, un petit cathéter.