Sommaire

Le tilt test appelé aussi test d'inclinaison est un outil diagnostic important dans la prise en charge des syncopes inexpliquées. Ce test reproduit les conditions responsables du réflexe vaso-vagal à l'origine de nombreuses syncopes. Mais comment se déroule un test d'inclinaison et quelles informations importantes permet-il de récupérer ?

Tilt test : définition et principe du test d'inclinaison

Depuis quand le test d'inclinaison est-il utilisé ?

Le test d'inclinaison est un test proposé depuis les années 80. L’apparition de ce test a permis de poser précisément de nombreux diagnostics de syncopes sans symptômes associés. En effet, avant l'arrivée de ce test, l'origine de la plupart des évanouissements restait inexpliquée. L'utilisation du test d'inclinaison a permis d'affirmer, dans plus de la moitié des cas, l'origine vaso-vagale des syncopes.

Qu'est-ce qu'une syncope ?

La syncope est une perte de connaissance très brève. Elle est due à une hypoperfusion (diminution du débit sanguin) cérébrale passagère.

Cette anoxie (diminution d'apport en oxygène) peut être provoquée par des problèmes cardio-vasculaires, des problèmes métaboliques ou la prise de médicaments par exemple.

Cependant, la plupart des syncopes ne sont pas associées à des symptômes cardio-vasculaires. Il faut donc rechercher la cause de ces évanouissements.

Quel est le principe du test d'inclinaison ?

Le principe du test est simple. Il part du postulat que la plupart des syncopes non expliquées peuvent être d'origine vaso-vagale.

Ces malaises sont dus à une stimulation excessive des récepteurs cardiaques. Il s'ensuit chez ces patients une forte chute de tension associée à une bradycardie, c'est-à-dire une diminution du rythme cardiaque, provoquant alors une syncope.

Le test d'inclinaison reproduit les caractéristiques de cet évanouissement.

Tilt test : dans quelles circonstances doit-on procéder au test d'inclinaison ?

Le test d'inclinaison est proposé systématiquement chez les personnes souffrant de syncopes non expliquées et qui ne sont pas associées à d'autres symptômes comme des symptômes cardio-vasculaires.

Il existe trois causes non cardiaques :

  • l'hypersensibilité sino-carotidienne (syncopes se produisant quand la personne bouge sa tête et stimule trop sa carotide) retrouvée surtout chez le sujet âgé ;
  • l'hypotension orthostatique où la syncope se produit lors du passage en position verticale ;
  • la syncope vaso-vagale, qui se trouve être la cause la plus fréquente de syncope, et qui touche particulièrement les sujets jeunes. La syncope vaso-vagale est souvent liée à des circonstances particulières : émotions fortes, douleur, atmosphère confinée, chaleur...

Quand les facteurs de survenue de la syncope ne sont pas clairs, on procède à un test d'inclinaison qui permet de confirmer le diagnostic de syncope vaso-vagale.

Lire l'article Ooreka

Tilt test : comment se déroule un test d'inclinaison ?

Le test d'inclinaison doit obligatoirement se dérouler dans un établissement de soins. Si le test en lui-même n'est ni dangereux ni invasif, le risque de syncope est élevé et doit être pris en charge par une équipe soignante.

Le patient doit être bien installé sans stress, dans un environnement calme, sur la table d'inclinaison. Le patient est sanglé afin de garantir au mieux sa sécurité. Un électrocardiogramme est installé pour suivre les mouvements du cœur, ainsi qu'un dispositif permettant de mesurer les variations de pression artérielle.

Quelques précautions doivent être prises :

  • veiller à ce que le patient ne soit pas en contact avec des stimulations extérieures (portable...)  pour ne pas fausser le test ;
  • l'inclinaison de la table doit être suffisante pour être significative (60-70°).

On fait passer le patient d'une position couchée à une position debout.

Au bout de 20 minutes, on observe la survenue d'une éventuelle syncope. Si celle-ci ne se produit pas, on peut recommencer un cycle de 20 minutes avec prise de médicaments, comme de légers dérivés nitrés, pour provoquer les malaises.

Tilt test : comment interpréter un test d'inclinaison ?

Le test est positif si, au bout de 20 minutes, une syncope est observée. Après la prise de dérivés nitrés et une nouvelle séquence de 20 minutes, le test est également positif si le patient tombe en syncope. Dans ces cas précis, on propose un traitement adapté au patient qui peut comprendre :

  • des conseils pratiques comme l'utilisation de bas de contention élastiques pour favoriser le retour veineux  ;
  • une rééducation à l'aide du tilt test ;
  • des conseils de mode de vie pour éviter les facteurs déclenchants comme privilégier une bonne hydratation ;
  • la prise de médicament comme la midodrine.

Enfin, un test d'inclinaison négatif ne doit cependant pas exclure une origine vaso-vagale de la syncope. En cas de tests négatifs, le test peut être réalisé une nouvelle fois. Le médecin peut également proposer d'autres examens plus approfondis comme, par exemple, la pose d'un Holter, appareil permettant de détecter les mouvements cardiaques sur de très longues durées.

Lire l'article Ooreka